25 septembre 2012

Villedieu-les-Poêles

A Villedieu-les-Poêles, la dentelle aux fuseaux atteint son apogée entre 1760 et 1880. Introduite par les femmes de médecins, de notaires ou de pharmaciens, elle est ensuite dirigée par les épouses des riches marchands de la ville. Jusqu'en 1830, les motifs réalisés sont simples mais l'activité est lucrative. Les dentellières expérimentées gagnent autant qu'un maître chaudronnier ou qu'un poêlier. Elles acquièrent une certaine autonomie, vont chez le notaire, signent leurs actes, achètent des biens et se marient plus tardivement.
En Villedieu-les-Poêles, el encaje de bolillos alcanza su apogeo entre 1760 y 1880. Hasta 1830, la actividad es lucrativa, las encajeras experimentadas ganan mientras que un calderero y tenían mucha autonomía para mujeres.
In Villedieu-les-Poêles, bobbin lace reached its peak between 1760 and 1880. Until 1880 the activity was profitable, and an experienced lacemaker earned as much as a master coppersmith or pan-maker and had a certain amount of autonomy for a woman.

2012_07_10_14

 

Après 1850, la situation économique des dentellières devient paradoxalement difficile. La qualité des dentelles s'élève, les motifs se compliquent, mais les salaires subissent une baisse drastique. L'activité passe sous la coupe de négociants fortunés qui profitent d'une main d'oeuvre plus corvéable que celle de Bayeux.
Después de 1850, los salarios sufren una baja drástica. La actividad pasa en las manos de negociantes afortunados.
After 1850, salaries were reduced dramatically as the activity became dominated by rich merchants.

2012_07_10_17

 

Vers 1880, la profusion de dentelle dans les tenues et les coiffes féminines passe peu à peu de mode, c'est la fin de la dentelle à Villedieu-les-Poêles.
Despues de 1880, el encaje pasa poco a poco de moda, es el fin del encaje en Villedieu-les-Poêles.
After 1880, lace went out of fashion: that was the end of Villedieu-les-Poêles lace.

2012_07_10_15

 

La rue du Docteur Havard est l'une des plus actives de la cité. De part et d'autre, poêliers et chaudronniers s'affirment dans de nombreuses batteries de cours tandis que 500 ouvrières, dont de nombreux enfants, font de la dentelle dans la rue. Il en reste le Musée de la Poeslerie - Maison de la Dentellière. On y trouve des fuseaux et des cartes postales.
La calle del Doctor Havard es una de las más activas de la ciudad. De todas partes, caldereros trabajan en los patios mientras que 500 obreras, incluido muchas niñas, hacen el encaje por la calle. Queda un museo, donde se puede comprar bolillos y postales.
In the 19th century, Docteur Havard street was an absolute open-air factory: pan-makers and coppersmiths worked in the courtyard whilst 500 female workers, many of them children, made lace in the street. You still visit a museum, where you can buy bobbins and postacrds.

2012_09_10_01

Posté par SophieDentelle à 08:51 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


03 septembre 2010

La corderie royale

Notre périple à Rochefort n'avait pas que pour but la visite de l'exposition d'art textile, même si c'était le mon but principal. Nous avons aussi visité la corderie royale.
Nuestro periplo en Rochefort no tenía para fin la visita de la exposición de arte textil solamente, aunque era mi fin principal. También visitamos la cordelería real.
Our trip in Rochefort purpose was not only the exhibition of textile art, even if it was my main purpose. We also visited the royal rope factory.
A partir de fils de chanvre
Con hilos de cáñamo
From hemp threads

2010_08_21_10

 

mis en bobines
puestos en bobinas
put in spools

2010_08_21_07

 

tirés sur 300 mètres de couloirs et tordus par une grosse machine
tirados sobre 300 metros de pasillos y retorcidos por una grande máquina
pulled along a 984 feet corridor and twisted by a big machine

2010_08_21_17

 

pour en faire des cordages
para hacer jarcias
to make ropes

2010_08_21_15

 

plus ou moins gros.
gordos o más gordos.
more or less coarse.

2010_08_21_16

 

Pour la démonstration, la corde était plus petite!
¡Para la demostración, la jarcia era más pequeña!
For the demonstration, it was a small rope!

2010_08_21_13

Posté par SophieDentelle à 08:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 août 2009

A la recherche de coton

Avant de venir en Guyane, j'ai lu ceci dans mon guide:
Antes de venir a la Guayana, leí esto en mi guía:
Before I came in French Guyana, I read this in my guide:

Les cotonniers sont plantés aux abords des villages ainsi que dans les abattis. Chaque famille cultive cet arbuste essentiel. Le coton sert en effet à confectionner les hamacs et les porte-bébés, et entre dans la fabrication de nombreux autres objets. Les fibres de coton, séparées des graines (précieusement conservées pour les plantations futures), sont retirées et entrecroisées pour former un écheveau. Cet écheveau est filé à l'aide du mauëkumtop, une sorte de fuseau dont la tige est en bois paila et les disques de l'extrémité découpés dans une calebasse. Le calibre du fil de coton est variable selon l'usage auquel on le destine: très fin pour les colliers, les flèches et les bas de ligne de pêche, il est plus épais pour le tissage des hamacs et des porte-bébés (ewa).
Los algodoneros son plantados al rededor de los pueblos así como en los despojos. Cada familia cultiva este arbusto esencial. El algodón sirve para confeccionar las hamacas y las fajas para llevar los nenes, y entra en la fabricación de otros numerosos objetos. Las fibras de algodón, separadas de las semillas (preciosamente conservadas para las futuras plantaciones), son retiradas y entrecruzadas para formar una madeja. Esta madeja es hilada con la ayuda del mauëkumtop, un tipo de huso cuyo tallo es de madera paila y los discos de la extremidad cortados en una calabaza. El calibre del hilo de algodón depiende del uso al cual se lo destina: muy fino para los collares, las flechas y las bajuras de hilos de pesca, es más espeso para el tejido de las hamacas y de las fajas.
Cotton plants are planted around villages as well as in giblets. Every family cultivates this essential shrub. The cotton indeed is used to make hammocks and slings to carry babies, and used for many more other objects. Cotton fibers, separated from seeds (carefully kept for the future plantations), are removed and crossed to form a hank. This hank is spun with the mauëkumtop, a kind of reel which stalk is made of paila wood and the extremity disks are cut from a calabash. The thickness of the cotton thread varies according to the usage for which it is intended: very fine for necklaces, arrows and bottoms of fishing thread, it is more thick for the weaving of hammocks and slings.

Je suis donc partie à la recherche du travail du coton.
Pues fui a buscar trabajos de algodón.
Then I have been looking for cotton work.

Je n'ai trouvé qu'une salle d'exposition qui en parle, au musée des cultures guyanaises, 78 rue Madame Paye, mais impossible d'obtenir plus d'informations.
Encontré sólo una sala que habla de algodón, en el museo de las culturas guyanesas, 78 calle Madame Paye, pero imposible obtener más informaciones.
I found only one room which is about cotton, at the museum of the guyanaises cultures, 78 street Madame Paye, but obtaining more information is impossible.

2009_06_12_04

 

Pourtant cette tradition existe, il y a même des peignes de tissage au musée d'insectes de Cacao!
¡Sin embargo esta tradición existe, ademàs hay unos peines de tejido en el museo de insectos de Cacao!
Nevertheless this tradition exists, there are even weaving combs at the insects museum of Cacao!

2008_10_26_12

 

Je vois des cotonniers dans beaucoup de jardins, je n'ose pas sonner pour demander à récolter les fleurs. J'ai juste eu une branche, donnée par ma voisine qui taillait son arbre, moi aussi je garde précieusement les graines.
Veo algodoneros en muchos jardines, no me atrevo a sonar para pedir cosechar las flores. Justo tuve una rama, dada por mi vecina que cortaba su árbol, yo también guardo preciosamente las semillas.
I see cotton plants in many gardens, I do not dare to ring and ask for permission to collect the flowers. I just had a branch, given by my neighbour who cut her tree, I carefully keep the seeds.

Posté par SophieDentelle à 08:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 juin 2009

Musée Franconie

Le musée Départemental Alexandre Franconie (si si, c'est écrit sur la pancarte, la peinture est délavée avec le soleil...) est situé au 1 avenue du Général de Gaulle. Il est constitué de la collection de M Franconie, et est dans son ancienne maison créole.
El museo Departamental Alexandre Franconie (sí sí, es escrito sobre el letrero, la pintura es deslavada con el sol) está situado en el 1 avenida del General de Gaulle. Está constituido por la colección del siñor Franconie, y está en su antigua casa criolla.
The Departmental Alexandre Franconie museum (well yes, it is written on the placard, the painting is watered down with the sun) is situated in 1 avenue of the General de Gaulle. It is constituted by the collection of Mr Franconie, and is in his former creole house.

2009_06_12_02

 

Quelques vitrines assez poussiéreuses présentant la faune de Guyane. Une belle salle d'entomologie.
Algunas vitrinas bastante polvorientas que presentan la fauna de la Guayana. Una bella sala de entomología.
Some rather dusty show cases presenting the fauna of Guyana. A beautiful room of entomology.

Au premier étage des peintures signées F.LAG représentant des scènes du bagne.
Al primer piso pinturas firmadas F.LAG que representan escenas del presidio.
In the first floor paintings signed F.LAG representing scenes of the penal colony.

Et puis le clou du musée, quelque chose d'unique au monde. Je vous ai déjà parlé des palmiers, si vous suivez bien vous savez que les palmiers n'ont pas de tronc mais un stipe, formé de l'empilement de la base des palmes, et qui ne se ramifie pas.
Y luego la principal atracción del museo, algo único en el mundo. Ya le hablé de palmeras, si sigues bien sabes que las palmeras no tienen tronco sino un 'stipe' (no conozco la palabra en castellano), formado del apilamiento de la base de las palmas, y que no se ramifica.
And then the star of the museum, something unique in the world. I have already spoken about palm trees, if you follow well you know that palm trees do not have a trunk but a 'stipe' (is there an English word?), formed by the pile of the base of palms, and which does not branch out.

Ah mais ça c'est sans la Guyane! Le musée abrite un tronçon de l'unique palmier bifide connu, qui était sur la place des Palmistes c'est à dire juste à côté du musée.
¡Oh pero esto es sin la Guayana! El museo protege un trozo de la única palmera 'bifide' conocida, que era sobre la plaza des Palmistes justo al lado del museo.
Well but that is without Guyana! The museum holds a section of the unique 'bifide' palm tree known, which was on the place of Palmistes just next to the museum.

2009_06_12_03

Posté par SophieDentelle à 11:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 mars 2009

Sauvez le musée

Parmi tous les musées de dentelle, le musée de Retournac, conçu dans une continuité historique puisqu'il est dans les locaux d'une ancienne manufacture de dentelles. De ce fait, le musée profite d'un fonds de modèles impressionnant. Il édite régulièrement des pochettes d'anciens modèles, qui ont un grand succès auprès du public des dentellières.
Un musée fonctionne avec des financements publics. Oui mais aujourd'hui, le musée est en danger, car la communauté de commune veut réduire sa dotation, alors que la petite ville de Retournac n'a pas les moyens de subvenir à elle seule au fonctionnement du musée. Comme il ne va pas rester sur leurs serveurs éternellement, retranscription du reportage diffusé au journal télévisé de France 3 Auvergne, le 04 mars 2009:

Jean-Paul Vincent, présentateur: Du rififi dans la dentelle, le musée de la dentelle de Retournac en Haute-Loire connaît lui aussi des difficultés financières et là, tout le monde se renvoie la facture.

Sandrine Montero, présentatrice: La commune n’a pas les moyens d’assumer les charges de fonctionnement de l’établissement ouvert il y a moins de deux ans, elle fait appel aux autres collectivités locales, mais la communauté de communes du pays d’Yssingeaux traine les pieds. Les explications de Géard Rivollier et Jean-Marc Rebull.

Gérard Rivollier, Journaliste: Avec le musée Crozatier au Puy, c’est la seule collection estampillée Musées de France en Haute Loire. Trois millions et demi d’euros investis, le tiers financés par l’Europe. Seulement voilà, deux ans après son ouverture, se pose le problème du fonctionnement du musée, après le retrait prévu le l’état et de la région. Quatre cent mille euros par an, c’est trop lourd pour la petite commune de Retournac, qui se retourne vers l’intercommunalité.

Pierre Astor, maire et conseiller général de Retournac: On est dans une communauté de communes, où on a donc un excédent de fonctionnement en 2007 de un million cinq cent mille euros. C’est quinze fois plus, quinze fois supérieur à simplement ce qu’on demande pour participer au musée, et qui est l’équivalent de ce qui est donné pour l’office de tourisme d’Yssingeaux.

Gérard Rivollier: Les dix salariés du musée sont inquiets, par exemple, cette contractuelle qui numérise des pièces anciennes de dentelle, pour un projet commun avec un musée de Boston, aux Etats-Unis.

Véronique Pissochet, régisseuse des collections: Les projets sont plus ou moins arrêtés, enfin on ne sait pas ce qui va se passer, donc on ne peut pas engager de nouveaux projets facilement. Donc ça pose des problèmes, des retards, et par rapport aux partenaires culturels avec lesquels on travaille, ça pose des soucis.

Gérard Rivollier: Pour sauver le musée, le Conseil Général de Haute Loire propose un financement à trois : département, ville de Retournac et communauté de communes, mais cette dernière n’est pas enthousiaste et fixe des conditions.

Bernard Gallot, président de la communauté de communes des Sucs: Ce que la communauté de communes propose, c’est que ces coûts soient revus à la baisse, de façon à ce que ça soit acceptable pour les finances des uns et des autres, que ça pérénise la structure, et puis aussi que les autres partenaires qui sont absents aujourd’hui, puissent être intégrés à ce fonctionnement.

Bruno Ythier, directeur du musée des manufactures de dentelles: Ça veut dire qu’on remet en cause le travail scientifique, ça veut dire qu’on remet en cause les partenariats internationaux, qu’on remet en cause le fait d’être ouvert toute l’année et pouvoir élargir la saison touristique de notre secteur.

Gérard Rivollier: Tous les partenaires reconnaissent les qualités du jeune musée, et se disent prêts à le soutenir, le Conseil Régional appelle même à une table ronde pour trouver une solution.

Vous pouvez aussi soutenir le musée:
en achetant les fameuses pochettes de modèles
en envoyant un message de soutien au musée à l'une des deux adresses webmaster@ville-retournac.fr ou musee@ville-retournac.fr
en transmettant l'information aux dentellières autour de vous.

Posté par SophieDentelle à 13:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 juillet 2008

Tarascon

Pas très loin d'Arles, Tarascon abrite le musée Souleïado. Le musée est dans l'ancienne fabrique de tissus, imprimés à la planche sculptée, puis avec ajout de cuivre, plus tard au rouleau. Ce sont les fameux tissus appelés 'indiennes', car la technique a été importée des Indes.

2008_07_19_03

 
Plusieurs salles consacrées à la tradition provençale - papa, il y a la même statue de Mireille que celle qui est chez toi!
Impressionantes étagères remplies de planches sculptées.
Après la visite du musée, la boutique bien sûr. Et j'ai appris tout récemment qu'il y a un magasin de stock (ZA Roubian, lieu-dit Roubian à Tarascon).
Puisque nous sommes dans le chapître des indiennes, il y a la grande braderie annuelle des Olivades à Saint Etienne du Grès, les 1er et 2 août.

Posté par SophieDentelle à 10:13 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

23 juillet 2008

Toujours Arles

Toujours à Arles, le musée Réattu, installé dans des bâtiments qui à eux seuls valent la visite: l'ancien Grand-Prieuré de Malte. Au milieu de la collection permanente de tableaux de Réattu (XVIIIème et XIXème), peintre arlésien, et quelques contemporains Picasso, Zadkine etc..., en ce moment et jusqu'au 31 octobre vous pouvez admirer une exposition de robes Christian Lacroix. Tout simplement magique, et magnifique, l'exposition se termine par des robes dignes des contes de fées.

2008_07_19_01

 

2008_07_19_02

Posté par SophieDentelle à 09:55 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 juillet 2008

En vadrouille

Les filles étant en vacances chez les grand-parents, cela nous laisse plus de possibilités de promenade. J'en ai donc profité pour aller faire quelques visites que je n'avais jamais eu le temps de faire, depuis quatre ans que je suis à Nîmes.
On commence par le musée Arlaten, à Arles. Créé par Frédéric Mistral, pour conserver les traces de la culture provençale, il a même installé le musée dans le bâtiment actuel avec les fonds de son prix Nobel.
Jusqu'au 04 janvier prochain, vous pouvez aussi y voir une exposition temporaire intitulée 'Des habits et nous, Vêtir nos identités', constituée de costumes des différentes régions de France.

Posté par SophieDentelle à 09:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,